Conte africain. Minuscule bonhomme qui parlait déjà dans le ventre de sa mère, très impatient de découvrir le monde, Kirikou vient au monde par ses propres moyens. Il apprend alors que son père a disparu, comme d'ailleurs tous les autres hommes du village. La sorcière Karaba n'est pas étrangère à ces disparitions, elle qui a fait main basse sur toutes les richesses du pays, affamant ainsi la région. La rumeur prétend même qu'elle aurait mangé tous les hommes du village après les avoir fait prisonniers. Le petit Kirikou décide alors de rencontrer la sorcière pour comprendre les raisons de sa méchanceté et part pour un aventureux périple vers le Sage de la Montagne Interdite...

* Grand Prix du Festival du film d'animation d'Annecy 1999

C'est une pure merveille. Chaque image recèle à elle seule un infini de couleurs et de rêveries, de la nudité ambrée des villageoises aux douloureux flamboiements de Karaba, aiguë et brillante comme un portrait de Klimt ; des sombres fétiches, cocasses et inquiétants, aux douces rondeurs de Kirikou. Et le décor fourmille d'inventions. Le miracle de Kirikou, c'est que toute cette beauté visuelle, toute cette poésie limpide et sensuelle soient relayées par la tendresse, la richesse du conte lui-même. Le dialogue est sublime (« Mère, enfante-moi ! - Un enfant qui parle dans le ventre de sa mère s'enfante tout seul »), la candeur de Kirikou, désarmante, donc invincible. Récit d'initiation, ce dessin animé exceptionnel contourne toute représentation manichéenne du bien et du mal, offre aux enfants un cadeau rare et précieux : la liberté. (...) Cécile Mury, Télérama

Michel Ocelot a passé on enfance en Afrique. Après des études d'art à Rouen, travaillant pour la télévision, il commence à réaliser des courts métrages d'animation. Il aime utiliser du papier découpé, technique qu'il va réutiliser, en y intégrant le concept des ombres chinoises, pour la réalisation de la série Ciné Si qui donnera naissance au fabuleux Princes et princesses.
Michel Ocelot développe une technique personnelle de l'animation proche de Paul Grimault et dont l'univers ne déplairait pas à Myazaki. Il réalise la série Les Aventures de Gédéon (d'après Benjamin Rabier) au cours de l'année 1976, ainsi que Les trois inventeurs"(1979, prix BAFTA de Londres).
Il faut attendre l'année 1998 pour que son premier long métrage créé la surprise : Kirikou et la sorcière rafle plus d'un million d'entrées pour son exploitation et pose la patte Ocelot aux yeux des petits et grands spectateurs. Pour les cinéphiles, l'animation d'Ocelot représente le fait que Disney ne règne toujours pas en maître. Pour son deuxième film, Ocelot reprend des thèmes de sa série Ciné Si : tout en ombre chinoise, Princes et princesses est une merveille de narration ( chaque conte est différent du précédent mais garde la même esthétique).
Le temps de revenir à Kirikou pour un deuxième opus, Kirikou et les bêtes sauvages, Michel Ocelot propose  en 2006 le très beau film Azur et Asmar puis réalise un troisième volet des aventures du petit bonhomme, Kirikou et les hommes et les femmes en 2012.

Retrouvez d'autres films d'animation de Michel Ocelot disponibles en DVD dans les médiathèques


Découvrez "au fil du parcours..." la suite des aventures de Kirikou et d'autres films, récits initiatiques, destinés au jeune public


En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 4 et 99 ans.
La présence d'un adulte est conseillée pour les plus jeunes.

On en parle ...