La société pharmaceutique Muller organise une grande réception à l’occasion du lancement de leur nouveau produit top secret. Au cours de la soirée, les participants sont invités à jouer à un jeu de rôle, qui s’avère être en réalité un exercice de coaching pour les cadres de l’entreprise. Progressivement, les rumeurs sur le rachat prochain de la société vont bon train et chacun se retrouve à tenter de sauver sa place.  Un premier film très construit au propos engagé.

Rien de personnel est un premier film rare, tout simplement parce qu’il est un premier film clair, tranché. Dans une belle et vieille tradition qui remonte à Alain Resnais. Mathias Gokalp procède à une opération devenue de moins en moins courante dans un monde saturé par le flot d’images de youtube. Il choisit un sujet, délimite une approche et construit, avec précision, un récit à la mise en scène posée et construite, sans graisse ou errements, où chaque plan, chaque personnage et chaque pièce du récit s’emboîtent parfaitement dans la mécanique générale du film. Une mécanique qui ne tourne en aucun cas à vide, puisque l’ambitieuse trame de Rien de personnel réanime la lutte des classes, les démons de l’entreprise, ceux du capitalisme, pour les ramener jusqu’à la violence quotidienne de la société contemporaine. Une dureté à laquelle personne n’échappe, y compris ceux qui apparaissent parfois comme les bourreaux et se révèlent des pions vulnérables et impuissants. L’intrigue respecte unité de temps et d’action, puisqu’elle se concentre sur une unique soirée d’entreprise, aux apparences trompeuses. Fausses victimes, vrais exploiteurs et humanistes impuissants s’y croisent sans vraiment se reconnaître, le cinéaste se plaçant, à la suite, dans les pas de chacun de ces personnages, qui vivent le même événement de façon radicalement différente. Pierre-Simon Gutman, SemainedelaCritique.com


Mathias Gokalp suit des études de lettres modernes à Paris et de réalisation en Belgique (INSAS). Parallèlement à ses activités de formateur et d’animateur d’ateliers pédagogiques sur le cinéma, il réalise des émissions pour la télévision. Il est l’auteur de films documentaires et de plusieurs courts métrages de fiction, dont Mi-temps, nominé aux European Film Awards en 2002, et Le droit chemin, prix SACD à la Quinzaine des réalisateurs en 2004.
Rien de personnel est son premier long métrage. 


Retrouvez d'autres films de la sélection Caméras du travail disponibles en DVD dans les médiathèques

Retrouvez "au fil du parcours..." d'autres films questionnant le monde du travail...


En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 16 et 99 ans.