Installation vidéo. Tryptique. A partir de rondes rituelles mêlant hommes et machines, Cohabitations rassemble à la manière d’un retable trois tableaux nocturnes où se dessinent les contours d’un monde en état de siège et parcouru par ses propres fantômes.

Film inédit dans les médiathèques.


En ces temps là il était dans l’ordre des choses que des hommes en armes viennent frapper aux portes d’un certain nombre de familles, leur demander un certain nombre de papiers et renvoyer ainsi que le stipulait la loi, celles qui ne pouvaient les présenter dans les territoires dont elles étaient issues. Il était alors dans l’ordre des choses, qu’à leur approche, hommes femmes et enfants qui ne les possédaient pas se précipitaient les uns après les autres du haut de leurs fenêtres. Clément Cogitore

Sa première installation, Cohabitations, présentée au Fresnoy où il se forme après les arts décoratifs de Strasbourg, fut remarquée pour la beauté de ses images, la maîtrise du cadrage et de la narration, déployée sur trois écrans. Alors que la plupart des artistes réalisent leurs vidéos sans toujours dompter la prise de vue, Clément utilise les techniques et modes de production cinématographiques. Parmi ses influences, il cite d’ailleurs plus volontiers des cinéastes que des artistes visuels : « Agnès Varda, Chantal Akerman, Steve McQueen, Douglas Gordon… ces papas qui ont ouvert la brèche entre le cinéma et l’art contemporain », mais aussi et surtout le cinéaste et vidéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, récemment invité au Centre Pompidou à Paris. Avec ces deux médiums, Clément Cogitore construit un travail d’une rare cohérence. Il explore les zones de passage, physique, mental, symbolique ; l’exode, l’initiation, la transformation, la cohabitation ; mais aussi, simplement, ce qui se passe quand une image en rencontre une autre. C’est ce qu’il appelle la « perméabilité des mondes ». Des schémas archétypaux, qu’il prolonge en produisant son propre récit, construit le plus souvent en faisant entrer en collusion les images. Sylvia Dubost. plan-neuf.com


Artiste multi-média, Clément Cogitore explore les frontières dans et de ses œuvres, que celles-ci soient artistiques, géographiques ou mentales. De ses errances dans le monde, tant physiques que virtuelles, naissent des œuvres oscillant entre cinéma et art contemporain et mêlant la fiction à la réalité. Elles questionnent le spectateur et sa capacité de croire, de voir et de savoir. En puisant dans un répertoire d’images et de documents, contemporains ou anciens, artistiques ou populaires, médiatiques et historiques ou intimes et personnels qu’il juxtapose, il conduit ses œuvres à une perte des repères et pose alors un nouveau regard sur le monde. Claire Kueny. creative.arte.tv 

    Après des études à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains Clément Cogitore développe une pratique à mi-chemin entre cinéma et art contemporain.
    Mêlant films, vidéos, installations et photographies son travail questionne les modalités de cohabitations des hommes avec leurs images. Il y est le plus souvent question de rituels, de mémoire collective, de figuration du sacré ainsi que d'une certaine idée de la perméabilité des mondes. Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux (Quinzaine des réalisateurs Cannes, festivals de Locarno, Lisbonne, Montréal...) et ont été récompensés à plusieurs reprises. Son travail a également été projeté et exposé dans de nombreux musées et centre d'arts (Palais de Tokyo, Centre Georges Pompidou - Paris, Haus der Kultur der Welt - Berlin, Museum of fine arts - Boston...). Clément Cogitore vit et travaille entre Paris et Rome ou il a été nommé pour l'année 2012 pensionnaire de l'Académie de France à Rome-Villa Médicis. En savoir plus sur Clément Cogitore


      Retrouvez la sélection de films Caméras de l'expérimental disponibles en DVD dans les médiathèques



        Retrouvez " au fil du parcours... " d'autres films de Clément Cogitore.




            En cours de chargement ...
            Ce film est accessible pour un public entre 16 et 99 ans.