Kevin est un soir visité par six étranges et mystérieux nains surgis des murs de sa chambre. Ils ont dérobé la carte du Temps pour remonter le cours de l'histoire et s'enrichir facilement. Avec ses six compagnons, Kevin va vivre de drôles d'aventure !

Une brillante variation sur l'appréhension du passé par un enfant. C'est somptueusement délirant, drôle et démystificateur ! Guide des films Jean Tulard

A sa sortie, ce deuxième film en solo (après Jabberwocky) de Terry Gilliam, ex-Monty Python, époustoufla par sa fantaisie baroque et son énergie romanesque. Aujourd'hui, le film a peut-être un peu vieilli quant à sa facette parodique, mais sa profusion d'idées continue d'enchanter. De Napoléon obsédé par sa petite taille à Robin des bois entouré de crapules finies, en passant par Agamemnon, on croise du beau monde dans ce voyage hétéroclite, au confluent du rêve et du cauchemar. Les épisodes de l'ogre rhumatisant, de Gulliver et du Titanic sont les plus originaux. La bonne idée, c'est d'avoir choisi des nains filous et ripailleurs pour guides, manipulés par un Satan suffisant, lequel est surveillé par un « Être suprême » las de ce remue-ménage spatio-temporel. Cette forme pyramidale réserve pas mal de basculements inattendus et de clins d’œil poétiques ! Jacques Morice, Télérama.fr

En 1969, après avoir débuté une carrière de dessinateur, Terry Gilliam est invité à rejoindre la troupe comique des Monty Python. Commence alors une grande aventure dans le domaine de l'absurde pour le seul Américain de la bande, que ce soit à la télévision avec des programmes particulièrement populaires, ou au cinéma avec des films désormais cultes comme Monty Python, sacré Graal (1975) ou Monty Python, le sens de la vie (1983). En 1977, Terry Gilliam se lance seul dans la réalisation avec un premier long métrage intitulé Jabberwocky, qui dévoile déjà la facette fantaisiste et hors-norme du cinéaste. Il enchaîne avec Bandits, bandits (1981) et surtout Brazil (1985), une œuvre visionnaire que beaucoup considèrent comme son plus grand film. Ses longs métrages suivants restent empreints de fantastique comme en témoignent Les Aventures du baron de Münchausen (1988), la fable contemporaine Fisher king / le roi pêcheur (1991) et le futuriste L'Armée des 12 singes (1995). Retour à la réalité avec Las Vegas parano (1998), l'adaptation déjantée du roman de Hunter S. Thompson, une épopée à la fois comique et horrible emmenée par Johnny Depp et Benicio Del Toro. En 2001, Terry Gilliam débute le tournage de L'Homme qui tua Don Quichotte, avec Jean Rochefort et Johnny Depp. Mais les pépins les plus divers s'accumulent sur le plateau à tel point que le projet tombe à l'eau après seulement quelques jours de prises de vues. Deux ans plus tard sortira en salles le film documentaire Lost in la mancha, qui retrace le tournage-catastrophe de ce film maudit. Se remettant peu à peu de cet échec, le réalisateur s'intéresse au destin des Frères Grimm qu'incarneront à l'écran Matt Damon et Heath Ledger en 2005. Refroidi par la machine hollywoodienne, il se tourne alors vers un projet plus intime : l'inquiétant conte Tideland qu'il qualifie lui-même de mélange entre Psychose et Alice au pays des merveilles.  Lire la suite sur allocine.fr


Retrouvez en cliquant ici tous les films de Terry Gilliam disponibles sur support DVD dans les médiathèques


Retrouvez "au fil du parcours..." le film Tideland réalisé en 2005 par Terry Gilliam et d'autres réalisations du cinéma britannique...

En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 12 et 99 ans.

On en parle ...