Sean, adolescent mal dans sa peau et rejeté par ses camarades de classe, se sert d’Internet comme exutoire et imagine des scénarios de vengeance virtuels. Alertée, la police fait une descente chez lui et trouve les armes de son père. Accusé de planifier un crime, il va devoir faire face à l’hostilité de la communauté et affronter une machine judiciaire obsédée par le principe de précaution.

Un premier film sensible et riche qui impose un style singulier.

* Grand Prix du Jury Jeune, Festival de Cannes, 2013.

* Prix du meilleur film canadien, Festival international du film, Vancouver, Canada, 2012.


 A la prison pour mineurs, on le surnomme « Columbine ». C'est que Sean, ado introverti aux cheveux noir corbeau, est incarcéré pour avoir presque planifié une tuerie de masse, comme celle du Colorado, en 1999. Mais tout est dans le « presque ». Persécuté par des camarades, frustré et mal dans sa peau, le jeune gothique a commencé par proférer des menaces sur le Net. Puis, il a posté des vidéos sur les fusils de chasse de son père : simple défoulement pour lui, mais vrai tsunami dans la communauté de sa petite ville, soudain saisie de panique... C'est donc l'histoire d'une erreur judiciaire sur un crime jamais commis. Le film est constamment sobre et tendu. Son jeune réalisateur canadien évite à la fois la thèse didactique et les scènes de prétoire. Pour dénoncer les dangers de cette « punition préventive » (de plus en plus utilisée en Amérique du Nord), il préfère s'attacher au calvaire de son héros. Connor Jessup (vu dans la série Falling Skies) l'interprète avec une force et une maturité incroyables. Cécile Mury. Télérama.fr


Jason Buxton a appris son métier aux côtés de grands réalisateurs comme James Cameron. Par ailleurs, plusieurs de ses courts métrages ont trouvé une reconnaissance internationale dans de nombreux festivals. Cette première œuvre en fait d’emblée un grand cinéaste, qui cherche son inspiration auprès des meilleurs, Arthur Miller et sa pièce Les Sorcières de Salem (1952), Peter Weir et Le Cercle des poètes disparus (1989). Autant d’œuvres clés où le personnage principal lutte pour faire entendre sa voix et maintenir son intégrité face à l’adversité.


Retrouvez en cliquant ici les films de la sélection Caméras de l'adolescence disponibles en DVD dans les médiathèques.


Retrouvez " au fil du parcours... " d'autres films dont les personnages principaux sont des adolescents.

En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 16 et 99 ans.