Génération galère. Génération précaire. Génération digitale, mondialisée, déclassée, sacrifiée ? Être jeune, c’est quoi ? Et si on se mettait à écouter la nouvelle génération des 18-34 ans ? Un an d'enquête, dix-huit mois de tournage, quinze personnages... Génération quoi ? est un film documentaire en trois parties qui dresse le portrait de la génération des 18-34 ans. A travers leurs parcours, elle tisse une représentation sociologique de cette génération (diplômes, emplois, chômage, famille, valeurs…), épaulée par deux sociologues, Cécile Van de Velde et Camille Peugny.  

Dans cette deuxième partie, intitulée Master chômage et Master classe, la réalisatrice suit, en parallèle, le parcours d'étudiants en troisième année de droit à la Faculté de Cergy-Pontoise, et d'étudiants qui font leur entrée dans la prestigieuse école de commerce Essec. Entre entretiens et confidences, ce remarquable film documentaire met en lumière les motivations, les enjeux et les problèmes auxquels sont confrontés des étudiants lucides qui cherchent leur identité et leur place dans une société en crise.

Cette deuxième partie dresse le portrait de :
- Sabrina, qui part au Danemark valider son Master d’histoire
- Massira et Clément, qui animent le bureau des élèves de la fac de droit
- Aurélie et Romain, qui brillent à l’ESSEC.


C'est à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) que la réalisatrice Laëtitia Moreau a posé ses caméras, a suivi et interrogé une quarantaine de jeunes gens (il en reste vingt à l'écran), gagné peu à peu leur confiance et recueilli leurs confidences. Cergy-Pontoise, préfecture la plus jeune de France, avec son pôle universitaire et sa grande école (l'Essec) où se côtoient plus de vingt mille étudiants, ses missions locales d'aide à la réinsertion, son important tissu associatif, la diversité de sa population, se prêtait parfaitement à l'exercice. Deux ans et demi de travail et un an de tournage n'ont pas été de trop pour tirer le portrait en mosaïque de ces 18-30 ans. La caméra prend son temps, elle saisit les mots et les longs silences, les regards qui fuient, les certitudes qui se fissurent lentement et l'espoir qui demeure malgré tout. Les personnages passent et s'éclipsent, réapparaissent au rythme des mois qui s'écoulent et des attentes qui s'effilochent, printemps, été, automne, hiver. Ils se parlent à eux-mêmes autant qu'ils nous parlent. Ils sont à l'image du monde dont ils ont hérité : individualistes, convaincus de la marche déréglée des choses, persuadés que cela ne va pas aller en s'améliorant, mais certains de s'en sortir au bout du compte, portés par "une énergie et une vitalité que l'on ne s'attend pas forcément à voir dans une France en dépression", note Christophe Nick, le producteur. "Lucides", ajoute Laëtitia Moreau, ils ne se bercent cependant pas d'illusions. Quand on le leur demande, ils se voient majoritairement en génération "sacrifiée" ou "perdue".  (...) Olivier Zilbertin. lemonde.fr


Après des études de droit et de sciences politiques à Bordeaux, Lætitia Moreau intègre le Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ). Une fois diplômée, elle rejoint l’équipe de La Rue, magazine d’information sociale et entreprise d’insertion. En 1997, le réalisateur Daniel Karlin filme un des vendeurs de La Rue pour son film documentaire Les Raisons de la Colère. Lætitia Moreau devient son assistante, et reste trois ans à ses côtés. Elle publie ensuite dans Le Monde un grand reportage sur l’identification et le rapatriement des corps des immigrés marocains qui s’échouent sur les plages d’Andalousie. C'est à ce moment-là que la société de production de Bertrand Tavernier la contacte pour réaliser un film documentaire à partir de cette histoire. De cette collaboration, le film documentaire Les Passeurs voit le jour en 2004. Il reçoit la mention spéciale du Prix Mitrani au Fipa. Depuis, elle enchaîne les films documentaires en axant son travail sur les questions de société, en France et à l'étranger, et les questions environnementales. Son travail s'inscrit dans la tradition du cinéma social.


Retrouvez en cliquant ici d'autres films de Lætitia Moreau disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez en cliquant ici des films de la sélection Caméras du travail disponibles en DVD dans les médiathèques.


Retrouvez " au fil du parcours... " les deux autres épisodes de la série Génération quoi ? et un film de fiction sur la même thématique.


En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 12 et 99 ans.