Polar parodique culte, dialogues célèbres de Michel Audiard. Propriétaire d’une petite usine de tracteurs, Fernand Naudin mène une vie tranquille et sans histoires quand un télégramme l’appelle à Paris. Il arrive à temps pour recueillir le dernier soupir d’un ami de jeunesse qui lui confie ses affaires louches en même temps que la garde de sa nièce. Et les ennuis commencent…


Une comédie complètement hilarante, parodie des films de série noire. Gags, dialogues et acteurs irrésistibles.

Y a pas moyen de devenir honnête. Fernand, gangster rangé, en fait la pénible expérience. Juste avant de rejoindre le paradis des arsouilles, Louis, dit le Mexicain, lui confie sa « mouflette », une remuante bachelière. Honnie à sa sortie, cette bouffonnerie déguisée en polar, franchouil­larde et franchement décousue, ne cesse de se bonifier. Le rouge qui tache est ­aujourd'hui devenu un grand cru. Pas grâce à l'intrigue ni à l'action : quelques baffes, deux ou trois coups de feu et une séance de beuverie dans la cuisine, ça ne fait pas un film. Mais comment rester insensible aux trognes impavides de Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Jean Lefebvre, terreurs pour rire, apaches mythiques, entre superbe et ridicule ? Pour cet extraordinaire ballet d'acteurs, Michel Audiard compose la meil­leure de ses partitions, enchaîne les aphorismes brillants et bidonnants. De « Touche pas au grisbi, salope ! » à « Vos opinions sur la musique contemporaine, je vous conseille de les utiliser en suppositoires », les truands inspirés de Lautner se sont immiscés dans les conversations et sont devenus les piliers de l'humour collectif. Cécile Mury. Télérama.fr


Georges Lautner est un réalisateur et scénariste français, né en 1926 et mort en 2013. Attiré dès ses débuts vers la comédie, Lautner est surtout connu pour avoir mis en image les plus fameuses répliques de Michel Audiard, leur collaboration la plus célèbre restant Les Tontons flingueurs. Ses incursions dans les autres genres, avec Le Professionnel en 1981 ou La Maison assassinée en 1988, connurent également un succès auprès du public. Cet artisan prolifique est une figure incontournable de la comédie française de l'après-guerre. C'est en 1961 qu'il va se faire connaître du grand public avec Le Monocle noir. Adapté d'un roman du Colonel Rémy, cette comédie policière, avec Paul Meurisse dans le rôle du « Monocle », agent secret français, est un succès commercial qui aura deux suites. Sa façon de tourner — usage du champ/contre-champ qui permet de jouer avec la profondeur et d'orchestrer ainsi une composition visuelle particulière devient une de ses marques de fabrique, avec les gros plans, de manière à mettre en valeur les comédiens et le dialogue — lui vaut d'être recommandé par Bernard Blier et Michel Audiard à Alain Poiré, patron de Gaumont International. En 1963, Poiré lui offre la réalisation des Tontons flingueurs. Il rencontre à la même époque Mireille Darc et la fait tourner dans une dizaine de films, Des pissenlits par la racine, Les Barbouzes,Galia, film sur la libération sexuelle, Ne nous fâchons pas et La Grande Sauterelle entre autres. En 1968, il réalise Le Pacha, dialogué par Michel Audiard. Les années 1970 seront prolifiques pour Lautner, qui connaît succès sur succès avec Il était une fois un flic, Quelques messieurs trop tranquilles, La Valise, Les Seins de glace, On aura tout vu et Mort d'un pourriGeorges Lautner fait tourner Jean-Paul Belmondo à partir de 1979 dans Flic ou Voyou, puis dans Le Guignolo, Le Professionnel, énorme succès en 1981 et Joyeuses Pâques. En 1992, il tourne son dernier film pour le cinéma, L'Inconnu dans la maison.



Retrouvez en cliquant ici d'autres films réalisés par Georges Lautner disponibles en DVD dans les médiathèques.


Retrouvez " au fil du parcours... " d'autres films, regards de cinéastes français des années 1960.

En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 12 et 99 ans.