De Clément Cogitore. Une accumulation d’images et de sons de feux pluriels glanés sur Internet et dans les médias. Conservant le flou des images trouvées, il confère un statut politique à cette œuvre aux allures de reportage. En assemblant feux meurtriers, images et bruits d’émeutes et d’explosions de bombes à des feux d’artifices, foules amusées et sons festifs, Clément Cogitore interroge le pouvoir des images spectaculaires manipulées par les médias et leur aptitude à faire croire.

Film inédit dans les médiathèques.


Burning Cities de Clément Cogitore est sans conteste l’œuvre la plus directement politique d’une exposition composée autour du thème du ciel. Au milieu de propositions plus contemplatives, le ciel est ici nocturne et en feu, évoquant immédiatement des images de guerre, en tout cas un danger, une tension. Artiste vidéaste et cinéaste, Clément Cogitore a monté bout à bout des images récupérées sur internet et dans les archives d’Arte. Défilé du Ku Klux Klan, fête foraine, feux de joie, bombardements s’enchaînent jusqu’à se superposer, les cris d’effroi se mêlent aux cris de joie, et l’on finit par ne plus savoir ce que l’on regarde. Burning Cities évoque aussitôt les bombardements de la première guerre d’Irak, diffusés en direct à la télévision comme un spectacle… et toutes ces images que l’on consomme quotidiennement sans savoir d’où elles proviennent ni ce qu’elles disent, sans vraiment mesurer le fossé entre ce qu’elles nous montrent et ce que l’on y voit, et finalement sans vraiment les regarder ni chercher à les comprendre. Sylvia Dubost. plan-neuf.com


Artiste multi-média, Clément Cogitore explore les frontières dans et de ses œuvres, que celles-ci soient artistiques, géographiques ou mentales. De ses errances dans le monde, tant physiques que virtuelles, naissent des œuvres oscillant entre cinéma et art contemporain et mêlant la fiction à la réalité. Elles questionnent le spectateur et sa capacité de croire, de voir et de savoir. En puisant dans un répertoire d’images et de documents, contemporains ou anciens, artistiques ou populaires, médiatiques et historiques ou intimes et personnels qu’il juxtapose, il conduit ses œuvres à une perte des repères et pose alors un nouveau regard sur le monde. Claire Kueny. creative.arte.tv 


Après des études à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains Clément Cogitore, né en 1983, développe une pratique à mi-chemin entre cinéma et art contemporain.
Mêlant films, vidéos, installations et photographies son travail questionne les modalités de cohabitations des hommes avec leurs images. Il y est le plus souvent question de rituels, de mémoire collective, de figuration du sacré ainsi que d'une certaine idée de la perméabilité des mondes.

Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux (Quinzaine des réalisateurs Cannes, festivals de Locarno, Lisbonne, Montréal...) et ont été récompensés à plusieurs reprises. Son travail a également été projeté et exposé dans de nombreux musées et centre d'arts (Palais de Tokyo, Centre Georges Pompidou - Paris, Haus der Kultur der Welt - Berlin, Museum of fine arts - Boston...). En 2012, Clément Cogitore est nommé pensionnaire de l'Académie de France à Rome-Villa Médicis. Il sort en 2015 son premier long-métrage, Ni le ciel ni la terre, qui est nominé aux Césars, et en 2017, son documentaire Braguino est récompensé par de nombreux prix en festivals (Telluride, San Sebastian, Marseille, Toronto, Buenos Aires, Moscou...). Il sort la même année Les Indes galantes, court-métrage de 5 mn adapté de l’opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau où il filme une troupe de danseurs de Krump. En 2018, il est lauréat du Prix Marcel-Duchamp.

En savoir plus sur Clément Cogitore


Retrouvez la sélection de films Caméras de l'expérimental disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez la collection complète Vidéothèque Vivre ensemble disponible en ligne ou sur support DVD.

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.