Rosario Russo, un restaurateur de cinquante ans, s'est installé depuis douze ans en Allemagne où il mène une vie paisible, entouré de sa femme Renate, de son fils Mathias et de son ami Claudio. La vie tranquille de Rosario va prendre un tournant dramatique le jour où deux jeunes italiens arrivent sans prévenir dans son restaurant. L'un d'eux, Diego, n'est autre que le premier fils de Rosario, qu'il avait abandonné quinze années auparavant pour fuir un passé qu'il aurait préféré oublier...

Tragédie intimiste portée par la puissance de Toni Servillo.

* Prix d'interprétation masculine pour Toni Servillo au Festival International du film de Rome, 2010.


Servi par un exceptionnel Toni Servillo, Une vie tranquille est un polar italien de la meilleure veine. François Forestier, Le Nouvel Observateur.

Pour son second long-métrage, Claudio Cupellini construit une fiction sobre et convaincante sur les violentes retrouvailles entre un père et un fils enlisés dans la Camorra. Après un démarrage en seconde vitesse, le film prend toute son ampleur passé les trente premières minutes et offre, en plus de beaux moments de mise en scène, une interprétation parfaite. Rosario (Toni Servillo), un restaurateur italien, mène une vie tranquille avec sa femme et son fils dans un village allemand des plus prospères jusqu’au jour où Diego, son premier fils, débarque à l’improviste. Avec cette apparition transparaît le passé de Rosario dans la Camorra, qu’il a fui en abandonnant sa famille quinze ans auparavant. Si l’argument rappelle étrangement A History of Violence, le film s’en éloigne par son esthétique, dont la sobriété et la rigueur lui assurent une réelle singularité. La ligne austère d’Une vie tranquille ferait plutôt écho au Gomorra de Matteo Garrone, plongée dans le quotidien de la Camorra dans lequel Toni Servillo excellait déjà. Grâce à une mise en scène qui ne se fait pas remarquer, Claudio Cupellini parvient à installer sa tragédie l’air de rien. Sans crier gare, le passé de Rosario se diffuse progressivement dans le film pour irrévocablement le contaminer. À travers la surface sécurisante d’une vitre, Diego apparaît pour la première fois à son père baigné dans une lumière nébuleuse propre aux drames qui n’explosent jamais tout à fait – lumière cendrée qui accompagnera Rosario tout au long du film et dont la nouvelle vie reste embuée par un passé qui se fait sentir à chaque plan. Grâce à un contexte mafieux qui fonctionne toujours en sourdine, le film ne crée aucune attente de finalité dramatique. Sa force tragique est de diluer la violence des situations, qui n’interviennent jamais avec éclat et trouvent dans cette invisibilité leur pleine réalisation. Ainsi, Diego s’installe-t-il discrètement à l’hôtel du restaurant, sans faire de scandale et se gardant d’instruire la nouvelle famille de Rosario de son passé occulte. Et les exécutions témoignent-elles d’une violence d’antichambre. Claudio Cupellini ne laisse aucune place au spectaculaire et n’annonce jamais les moments forts de son scénario. Une vie tranquille, c’est l’histoire d’une tragédie tranquille qui relie un père et son fils, tous deux immergés malgré eux dans la violence sourde et spectrale de la Camorra. À l’image des personnages qui passent leur temps à se calmer les uns les autres (les « tranquilla ! » qui scandent le film), le drame avance tranquillement sans que l’on puisse prévoir la suite des événements, dont la violence intervient toujours comme un simple fait dépouillé de toute ornementation. Grâce à ce style très ascétique, Claudio Cupellini évite le piège d’un énième film de mafieux et assure à Une vie tranquille une identité propre.Julia Allouache. Critikat.com


Claudio Cupellini écrit et réalise deux courts métrages, Chi ci ferma più en 2004 et La talpa en 2005. Un an après, il dirige une comédie, 4 2 2 – Il gioco più bello del mondo, en collaboration avec Michele Carrillo et Roan Johnson. En 2007, le cinéaste réalise son premier long métrage seul, Lezioni di cioccolato, où un ouvrier embauché au noir sur un chantier, menace de dénoncer son patron s'il ne le remplace pas dans un cours de pâtisserie. Puis, en 2010, le réalisateur s'attaque à son deuxième long métrage, Une Vie tranquille.


Retrouvez les films de la sélection Visions du cinéma italien disponibles en DVD dans les médiathèques

Retrouvez " au fil du parcours... " d'autres réalisations de cinéastes italiens.

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.