Bruno, vingt ans, et Sonia, dix-huit ans. vivent de l'allocation perçue par Sonia, des vols commis par Bruno et les gamins de sa bande. Sonia vient de donner naissance à Jimmy, leur enfant. Comment Bruno peut-il en devenir le père, lui qui est si léger, qui vit dans l'instant, préoccupé uniquement par l'argent de ses trafics ? Un film profondément humain et réaliste, terrible et bouleversant, magnifié par la grâce de ses deux interprètes… 

* Palme d'Or au Festival de Cannes 2005


Rosetta (Palme d'or 1999), Le Fils, L'Enfant - les frères Dardenne aiment les titres simples - autant d'exercices qui ne manquent pas de style et leur caméra, à l'exemple de celle d'Ingmar Bergman, creuse les visages de caractères, prisonniers d'environnements sans grâce, de quartiers urbains sans charme ou de cours d'eau à la rive dépotoir, mais offre abris et caches. Leur style emprunte au documentaire, ce qui n'a rien d'étonnant puisqu'ils ont fondé en 1975 la maison de production Dérives qui a produit une soixantaine de documentaires.

Vraisemblablement, ce film est né d'une journée de tournage de notre film précédent (Le fils), expliquent les cinéastes belges dans les notes de production, évoquant une jeune fille qui passait et repassait avec son landau. Souvent, nous avons repensé à cette jeune femme, à son landau, à l'enfant endormi et à celui qui n'était pas là, le père de l'enfant. L'absent qui allait devenir important dans notre histoire. Une histoire d'amour qui est aussi l'histoire d'un père. Le Monde

La force du film vient de ce qu'il se situe à hauteur de nourrisson. A première vue, Jimmy n'est qu'un paquet de chiffons. Et pourtant, ce bébé est une personne. Une éponge qui absorbe les chagrins, un miroir qui renvoie les espoirs. Un être de première importance qui doit savoir pour devenir libre. Les frères Dardenne lui apprennent tout, sans le brusquer. Comme toujours, ils osent prôner le pardon. Ils n'ont pas le culte de la noirceur. Vagabonds romantiques, les parents de Jimmy maîtrisent à merveille l'art du rétablissement. Ils ont le sens du plaisir volé, du risque grisant et de l'avenir riant. Comme Charlot, que les frères Dardenne vénèrent, avec leur kid, ils affrontent les temps modernes, et valaient bien une ruée vers la Palme d'or. Marine Landrot, Télérama


En savoir plus sur Les Frères Dardenne et le cinéma belge.

Retrouvez d'autres films des Frères Dardenne disponibles DVD dans les médiathèques.

Retrouvez les films de la sélection "Visions du cinéma belge" disponibles en DVD dans les médiathèques.

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 18 ans.

On en parle ...