De sa jeunesse passée dans la misère d’un camp de gitans, Edmond Vidal, dit Momon, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge Suttel, l’ami d’enfance avec qui il a découvert la prison à cause d’un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement, il a plongé dans le grand banditisme et connu l’apogée du gang des Lyonnais, l’équipe qu’ils ont formé ensemble et qui a fait d’eux les plus célèbres braqueurs du début des années 1970. 

Le Gang des Lyonnais vu par Olivier Marchal, est une déclaration d’amour sans faille au genre du polar que l’ancien flic devenu cinéaste a dans la peau.


Olivier Marchal présente dans Les Lyonnais a peu près le même type de personnages que dans ses films précédents. Des visages burinés qui ont vécu, mais qui survivent grâce à des valeurs fondatrices (la famille, l’amitié aveugle et l’honneur), jusqu’au nouvel ordre établi, le nouveau régime, forcément moins bon, et pour les fonctionnaires de police (ils y perdent des vies), et pour les anciens brigands (ils sont exposés à la trahison). Le scénario alambiqué du Gang, tiré des mémoires de l’une des figures de proue du Grand banditisme lyonnais des années 70, Edmond Vidal, mélange passé et présent ; il juxtapose à la sagesse de la vieillesse (désormais Vidal a soixante balais) la jeunesse arrogante qui n’est plus, avec un sentiment partagé de mélancolie (pour une criminalité moins bureaucratique) et de nostalgie (pour l’indivisible amitié). Des acteurs hors pair lui donnent chair. (...) Dans ce nouveau bijou du polar français, l’introspection du Milieu se fait sans stéréotypes, dans un refus du manichéisme abêtissant, ce qui ne nous permet pas de trancher sur l’identité des vrais justes ou des vrais salauds de cette histoire où les héros n’ont pas les mains blanches et où les politiques ressortent largement éclaboussés. Bâti comme un vrai film de cinéma, ample, emphatique, et irrémédiablement emporté par le souffle de la tragédie, Les Lyonnais sait monter très haut dans les émotions en décrivant l’une des histoires d’amitié les plus sensationnelles vues à l’écran depuis longtemps. Avoir-alire.com

Après avoir passé le concours d'inspecteur de police, Olivier Marchal intègre en 1980 la Brigade criminelle de Versailles, puis rejoint la section antiterroriste, où il a pour collègue Simon Michaël, l'auteur des Ripoux. Chef d'une brigade de nuit au milieu des années 80, Olivier Marchal suit parallèlement des cours de théâtre au conservatoire du Xème arrondissement. Après quelques rôles au cinéma et son départ de la police, Olivier Marchal écrit plusieurs scénarios pour le Commissaire Moulin. Il réalise ensuite Gangsters en 2002, un thriller nourri de son expérience de policier. Deux ans plus tard, il met en scène 36 Quai des Orfèvres. Olivier Marchal clôt en 2008 sa trilogie policière avec MR 73, un film noir dans lequel Daniel Auteuil incarne un flic dépressif et alcoolique à la recherche d'un tueur en série. EnfinOlivier Marchal réalise Les Lyonnais, film qui s'inspire de l'histoire des véritables gangsters du gang des lyonnais sévissant en France dans les années 70.

Retrouvez en cliquant ici d'autres films réalisés par Olivier Marchal disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez en cliquant ici une sélection de films policiers disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez " au fil du parcours... " un autre film réalisé par Olivier Marchal et d'autres films dans lesquels les personnages, fictifs ou bien réels, font partie du grand banditisme.

En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 16 et 99 ans.