Thérèse Clerc, quatre-vingt-six ans, a imaginé un lieu de vie autogéré pour femmes en fin de vie : la Maison des Babayagas. Après douze ans de luttes, celle-ci voit enfin le jour à Montreuil. La Maison des Babayagas est un projet d’ouverture sur la ville, dans lequel les résidentes organiseront des activités culturelles ou festives en direction du quartier. Vingt femmes ont été convaincues de déménager pour venir consacrer bénévolement dix heures hebdomadaires à l’animation de l’association. Pas si simple ! Les Babayagas parviendront-elles à transformer l’utopie en innovation sociale ?

Inédit en DVD dans les médiathèques.

Elles sont âgées, et alors ? Pas question d'attendre la mort dans une maison de retraite, en jouant au bridge ou en brodant au point de croix. Ni de s'encroûter chez soi, seule face à son poste de télé. Elles veulent vieillir l'esprit vif, ouvert sur le monde, et participer à la vie citoyenne. On comprend dès lors qu'elles brûlent d'accompagner Thérèse Clerc, la charismatique militante féministe et libertaire, dans son stimulant projet : un lieu de vie autogéré et sans personnel médical pour une vingtaine de femmes âgées, baptisé la Maison des Babayagas — du nom de ces vieilles sorcières des légendes slaves. « La vieillesse n'est pas une pathologie, c'est un très bel âge. C'est l'âge de la pleine liberté », assure Thérèse Clerc. Seulement, devenir une Babayaga n'est pas chose si facile...Ce petit film, et c'est son atout, suit les aléas du projet plusieurs années durant, jusqu'à son inauguration, en février 2013. Il saisit sur le vif l'espoir formidable qu'il génère comme les prises de bec entre les « copines », qui font l'expérience parfois douloureuse de la vie en collectivité — beaucoup claqueront la porte. Il capte aussi les échanges tantôt chaleureux, tantôt tendus avec les collaborateurs de Dominique Voynet, la maire de Montreuil-sous-Bois, ainsi qu'avec les représentants de l'Office HLM. La Maison des Babayagas comblera-t-elle toutes les attentes de ses locataires ? Il faudra prendre de leurs nouvelles... Marc Belpois. Télérama.fr

Cliquez ici pour en savoir plus sur les Babayagas.

Jean-Marc La Rocca est réalisateur de films documentaires. Il est également directeur de la photographie et monteur. Il a notamment collaboré sur des films de Jean-Michel Carré. Jean-Marc La Rocca est l'auteur des Meilleures intentions en 2005, qui évoque la mise en place d'une crèche parentale, toute neuve, qui rassemble douze familles et six salariées. En 2008, De haute lutte ! nous emmène dans le dernier grand parc parisien, né dans des circonstances très singulières. De retournement en rebondissement, le film met en lumière les rapports étroits, complexes et contradictoires qui existent entre le politique, l'économique, le social et l'associatif.

Retrouvez en cliquant ici un autre film de Jean-Marc La Rocca disponible en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez en cliquant ici une sélection de films autour des séniors disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez la collection complète Vidéothèque "Vivre ensemble" disponible en ligne ou sur support DVD.







En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 12 ans.