Philippe Fournier décide de ne pas ramener ses fils à leur mère qui en avait obtenu la garde. Enfants puis adolescents, ils vont rester cachés sous différentes identités dans de nombreux refuges qui leur permettront de vivre avec leur père, en communion avec la nature et les animaux. Une cavale de onze ans à travers la France qui va forger leur identité.

Un poignant récit d'aventure, à la fois magique et désillusionné.

* Prix spécial du jury, Festival international du film de Saint-Sébastien, 2014.

Cédric Kahn s’est inspiré de l’histoire vraie de la famille Fortin : un père en cavale avec ses deux enfants, qui grandissent, hors du monde, dans un état de fuite permanente. Le cinéaste colle au trio, reléguant au second plan la mère et les années de procédure pour faire arrêter son ex. Mais il n’avantage aucun des camps, évasif sur les intentions idéologiques de la « vie sauvage » (vieux mirage baba ou utopie de la décroissance ?), peu indulgent avec ce qui attend les nomades s’ils se sédentarisent dans la famille maternelle — un pavillon de banlieue sinistre…Le seul parti qu’il prend est celui des enfants : dociles parce que manipulables quand ils sont tout jeunes, plus indécis quand les voilà ados. Les bons côtés, liberté, communion avec la nature, n’ont qu’un temps. Leur père, ce héros, se transforme peu à peu à leurs yeux en un jusqu’au-boutiste triste — beau contre-emploi pour Mathieu Kassovitz ; leur mère (Céline Sallette) est une pasionaria qui semble plus assoiffée de vengeance que de paix. Des deux, ils sont otages. On aime la sécheresse avec laquelle le cinéaste filme chaque décision des parents comme un déchirement. Ainsi, dès la première séquence, le départ de la mère abandonnant une vie qu’elle avait d’abord choisie. Ici, chacun a toujours ses mauvaises raisons d’être un salaud, de décider pour les autres. Vie sauvage, qui pose, sans y répondre, quelques questions essentielles — sur l’éducation, la norme —, porte bien son titre : la sauvagerie y est destructrice. Aurélien Ferenczi, Télérama.fr, 28/02/2018

Cédric Kahn est un scénariste, réalisateur et acteur français. Il entre dans le monde du cinéma par la voie du montage : à 21 ans, il travaille à ce poste comme stagiaire, auprès de Yann Dedet, sur le film de Maurice Pialat, Sous le soleil de Satan. En 1989, il signe un premier court métrage en vidéo, Nadir, auquel succède un autre court, Les Dernières heures du millénaire, en 1990. Cédric Kahn tourne en 1993 son premier long métrage, Bar des rails, l'histoire d'amour entre un garçon de 16 ans et sa voisine, une jeune mère incarnée par Fabienne Babe. Si le public n'est pas au rendez-vous, la critique loue la fraîcheur et la justesse de ce premier opus, sélectionné à Venise. Refusant l'étiquette de "cinéaste naturaliste" qu'on lui a rapidement collée, et fuyant la pose auteuriste, Cédric Kahn se lance alors dans une série d'adaptations qui témoignent d'un bel éclectisme. Il décroche en 1998 le prix Louis Delluc pour L'Ennui, d'après Moravia. Dans Roberto Succo, inspiré du livre-enquête d'une journaliste et présenté en compétition à Cannes en 2001, il retrace le parcours du tueur en série italien. Le réalisateur s'oriente plus franchement vers le thriller avec Feux rouges (2004), adaptation d'un roman poisseux de Simenon. On retrouve le goût du cinéaste pour les personnages qui perdent pied dans cette œuvre sélectionnée à Berlin, et qui offre à Jean-Pierre Darroussin l'occasion de livrer une de ses plus belles prestations. Avec L'Avion (2005), Cédric Kahn surprend encore en portant à l'écran une bande dessinée, et en s'aventurant dans un territoire peu exploré par le cinéma d'auteur : le conte pour enfants. En 2009 sort Les Regrets (son premier scénario original depuis plus de dix ans), l'histoire de la résurrection d'une passion amoureuse, avec Yvan Attal et Valeria Bruni Tedeschi dans les rôles centraux. Après Une vie meilleure en 2010, Cédric Kahn réalise La vie sauvage en 2014 et La prière en 2018.

Retrouvez d'autres films de ou avec Cédric Kahn disponibles en DVD dans les médiathèques.

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.