Paris 1899. Le brigadier Jean Albertini, pauvre et orphelin, est choisi pour infiltrer un groupe d’anarchistes. Pour lui, c’est l’occasion de monter en grade. Mais, obligé de composer sans relâche, Jean est de plus en plus divisé. D’un côté, il livre les rapports de police à Gaspard, son supérieur, de l’autre il développe pour le groupe des sentiments de plus en plus profonds.

Le second long métrage d’Elie Wajeman, révélé à la Quinzaine des Réalisateurs 2012 avec Alya, démarre fort : une jeune femme au prénom biblique, Judith, filmée en plan fixe, relate son parcours et expose ses convictions politiques à un interlocuteur, comme si elle passait un entretien d’embauche. S’ensuit un générique séduisant, porté par la musique contemporaine de Gloria Jacobsen, qui laisse espérer un film en costumes décalé, porté sur la mise en abyme, à l’instar de L’Apollonide de Bertrand Bonello. En dépit de quelques fulgurances stylistiques, Les Anarchistes propose pourtant une facture classique : ce récit d’une infiltration policière oscille entre la vulgarisation historique, le suspense criminel habile mais convenu et la chronique romanesque traditionnelle.. (...) Les dialogues sonnent juste et aucune maladresse ne vient ternir l’intrigue et la mise en scène. Il faut dire que les acteurs sont au diapason et que le cinéaste a su s’entourer d’une distribution de choix. Tahar Rahim (Un prophète) et Adèle Exarchoupoulos (La Vie d’Adèle) sont remarquables comme à leur habitude. Guillaume Gouix, qui jouait le jeune professeur humaniste dans La Vie en grand, interprète ici avec force un être rigide marqué par son engagement intransigeant. Quant à Swann Arlaud, déjà remarqué dans Ni le ciel, ni la terre, il campe avec ardeur le personnage d’Elisée, halluciné, fragile et inquiétant, offrant une performance dramatique toute de retenue et de luminosité, dans la lignée de Robert Le Vigan. Rien que pour les comédiens, Les Anarchistes mérite le détour... Gérard Crespo. avoir-alire.com

Elie Wajeman est révélé à la Quinzaine des Réalisateurs 2012 à Cannes avec son premier film, Alyah. Ce polar intimiste avec Adèle Haenel, Cédric Kahn et Pio Marmaï raconte la reconversion d'un jeune homme perdu, devenu trafiquant de drogue à Paris, et qui rejoint son cousin à Tel-Aviv pour ouvrir un restaurant. Les Anarchistes, présenté en ouverture à la Semaine de la Critique à Cannes en 2015, réunissant Tahar Rahim et Adèle Exarchopoulos, est son deuxième film.

Retrouvez ici d'autres films d'Elie Wajeman disponibles en DVD dans les médiathèques.

Retrouvez ici une sélection de films traitant de la question politique, disponibles en DVD dans les médiathèques.

ACCÉDEZ EN CLIQUANT ICI À TOUS LES FILMS EN VOD, AVEC EN PREMIÈRE PAGE LES TOUTES DERNIÈRES NOUVEAUTÉS ! Vous pouvez aussi affiner votre recherche dans la colonne située à gauche, par genres, réalisateurs, thématiques, etc. 

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.