Chronique d'une résistance. Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes. En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Kidane et les siens semblent un temps épargnés mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement le pêcheur qui s’en est pris à sa vache préférée. Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs.

* 7 Césars dont celui du meilleur réalisateur, 2015.

* Prix Lumières du meilleur film et du meilleur réalisateur, 2015.

* Prix du meilleur film, meilleur scénario et Prix du jury junior, Festival de Namur, 2014.

* Prix du jury oecuménique et Prix François-Chalais, Festival de Cannes, 2014.


En avril 2012, la ville de Tombouctou tombait aux mains des djihadistes, qui sou­mirent la population à la loi islamique, jusqu'à l'intervention des militaires français et maliens, en janvier 2013. En reconstituant cette occupation, le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako livre une œuvre de réflexion et de courage en même temps qu'un film d'une liberté de ton réjouissante et symbolique. Face à la terreur, le cinéaste réagit avec les armes de l'esprit, du raffinement et de la beauté, mais aussi de l'humour. Il met en scène la vie qui résiste, à travers des personnages juste esquissés mais très attachants : une famille touareg qui semble cultiver l'amour, des jeunes gens qui bravent l'interdiction de chanter, d'autres qui continuent à jouer au foot, même privés de ballon...Les extrémistes religieux ont rendu la population de Tombouctou héroïque, nous dit Sissako. Ceux qui sont asservis, il les filme comme des icônes. Les oppresseurs sont montrés, eux, comme des pantins. Une manière d'infliger à ces fanatiques une gifle magistrale. Car c'est sur le terrain des images et du symbolique que les djihadistes veulent aussi, avec leurs actions, se positionner. Sur ce terrain de la représentation, les voilà déboulonnés par un grand cinéaste, qui ne mésestime pas leur pouvoir. A ces barbares obnubilés par des sacrilèges minuscules (un ourlet de pantalon trop court ou trop long), il oppose la ­vision plus vaste d'une humanité capable de guérir de sa propre violence et de combattre les tyrannies. Frédéric Strauss, Télérama.fr


Abderrahmane Sissako (également crédité sous le nom de Dramane Sissako) est un cinéaste et producteur mauritanien. Le thème principal de son œuvre est l'exil, le déplacement. Il peint l'Afrique avec des touches autobiographiques. En 2015, il devient le premier cinéaste africain à obtenir le César du meilleur réalisateur pour Timbuktu. Il fait partie, avec Ousmane Sembène, Djibril Diop Mambety, Souleymane Cissé, Idrissa Ouedraogo et Alain Gomis, des rares cinéastes d'Afrique subsaharienne à avoir obtenu une notoriété internationale.  


Retrouvez ici la sélection de films Visions du cinéma africain disponibles en DVD dans les médiathèques.

ACCÉDEZ EN CLIQUANT ICI À TOUS LES FILMS EN VOD, AVEC EN PREMIÈRE PAGE LES TOUTES DERNIÈRES NOUVEAUTÉS ! Vous pouvez aussi affiner votre recherche dans la colonne située à gauche, par genres, réalisateurs, thématiques, etc. 

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.