Lavis animé à l'encre de chine et aquarelle. Film sans paroles. Une grenouille pond au bord de l’étang. Quand les têtards naissent, leur maman n’est plus là....Lorsque la grenouille revient, ses enfants ont à leur tour disparu et sont à sa recherche. Mais comment retrouver une maman qui vous ressemble, à première vue, si peu ! Les têtards vont rencontrer tour à tour crevettes, crabe, poissons, tortue qui les aideront dans leur quête, chaque animal révélant un détail physique de la maman grenouille. 

* Prix du Film pour Enfants au 4ème Festival d’Annecy, 1962.

* Prix d’Honneur au 17ème Festival du Film de Cannes, 1964.


Ce court-métrage peut donc être le point de départ d’un débat réflexif à visée philosophique à travers des interrogations telles que celles-ci : ressemble-t-on à ses parents ?...Est-ce que tout le monde est pareil ?...Quand on grandit, est-ce qu’on change ou est-ce qu'on reste le même ?..

Un très ancien conte populaire chinois offre à Te Wei l’occasion d’expérimenter pour la première fois sa technique d’animation du lavis traditionnel. La réussite de ce premier opus contribuera largement à donner ses lettres de noblesse au Studio d’Art de Shangaï. La technique du lavis à l’encre est une technique picturale consistant à dessiner et à peindre avec une seule couleur (encre ou aquarelle) diluée avec plus ou moins d’eau afin d’obtenir des dégradés, des effets de transparence... en jouant avec le blanc du papier, préalablement mouillé.

Avec son film Les têtards à la recherche de leur maman, Te Wei met "en mouvement" les peintures de Qi Baishi ( 1863-1957), une peinture calme et profonde, à base d'encre de chine et d'aquarelle, qui nécessite de la part du peintre une grande disponibilité et une harmonie avec le monde. Marie-Claire Quiquemelle, responsable du Centre de documentation du Cinéma chinois de Paris, en décrit ainsi le procédé : La peinture sur papier de mûrier, à l'encre et à l'aquarelle, est régie par des règles particulières. A priori, on est très loin du dessin animé traditionnel. Ici, il n'y a pas de trait délimitant précisément les formes mais des lignes de force plus ou moins appuyées et variables en fonction de la quantité d'encre qui imbibe le pinceau. Les formes apparaissent comme des tâches aux contours flous lorsque le peintre appuie plus ou moins sur le papier pour qu'il boive la couleur qui s'étale en une infinie variété de nuances. L'exécution est très rapide, et comme il est impossible de reprendre un geste maladroit, le peintre rejette parfois plusieurs feuilles avant d'obtenir le résultat recherché. Quant à refaire deux fois la même chose, c'est pratiquement impossible...Dans de telles conditions, photographier image par image, en respectant la fluidité des mouvements des personnages semble un pari irréalisable...


Peintre caricaturiste, directeur des Studios d'Animation de Shanghai dès leur fondation en 1949, Te Wei leur donne une orientation définitivement élitiste. C'est lui qui a mis au point en premier les admirables animations de la peinture traditionnelle chinoise que l'on appelle "lavis animé". La virtuosité des films comme Les Têtards à la recherche de leur maman, La Flûte du Bouvier, Impression de montagne et d'eau font de lui un créateur unique reconnu dans le monde entier.



Retrouvez " au fil du parcours... " d'autres films animés chinois réalisés par Te Wei et/ou produits par les Studios d'Art de Shanghai.


En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 4 ans.