Robert Bozzi a tourné un film en 1970 sur un des quatre bidonvilles de Saint-Denis, celui de Franc Moisin, où vivent les Portugais qui construisent les cités des alentours. C'est la fin des "années de boue",  les baraques seront rasées les années suivantes. Vingt-cinq ans plus tard, le réalisateur veut retrouver les personnes filmées à l'époque, en particulier une jeune mère souriant à son enfant nouveau-né.

Un film authentique, émouvant et essentiel sur la manière dont ces immigrés se sont enracinés dans leur pays d'accueil.

* Prix du meilleur film documentaire de création, Grand Prix de la SCAM, France, 2006.

De très beaux instants se succèdent... Lorsqu'un film se frotte avec tant de bonheur à notre monde, il fait bon s'asseoir devant l'écran... L'Humanité, 1995.

 

    En 1970, Robert Bozzi tournait un film ­ pour le Parti communiste français ­ sur des bidonvilles autour de Paris. Un quart de siècle plus tard, Bozzi se lance à la recherche des gens, Portugais pour la plupart, qu'il avait connus pataugeant dans la mouise à deux pas de la basilique de Saint-Denis. Il en retrouve beaucoup, leur présente des photographies de l'époque et enregistre leurs commentaires : « Un univers à part », reconnaît l'un d'eux. Aujourd'hui, une cité a été construite en lieu et place des anciennes bicoques de tôle et de bois. Robert Bozzi s'installe et se laisse happer par la fraternité inoxydable des témoins. La belle idée du réalisateur, c'est d'avoir construit son film sur la quête d'un nouveau-né jadis filmé dans un terrain vague : « Cet enfant, je veux le retrouver. » Superbe métaphore du travail documentaire. Robert Bozzi a opté pour la simplicité, « sans envahir, sans dominer, modestement », dit-il. Et puis, il s'en est allé jusqu'en de minuscules villages portugais, où sa caméra tenace glane, grappille, confesse. Point d'images léchées mais un regard qui s'accorde au rythme même de l'existence et des rencontres qui réchauffent le cœur. L'émotion est authentique, non trafiquée. Réussite d'un metteur en scène passé du militantisme à l'art... Antoine Perraud. Télérama.fr


    Né en 1941, Robert Bozzi a réalisé plusieurs films documentaires, plusieurs fois couronnés de succès. Jusqu’en 1991, il collabore à des titres divers (assistant, preneur de son, co-auteur, chargé de production) ainsi qu’à des productions, pour le cinéma, la publicité ou la télévision. En 1995, il réalise Les Gens Des Baraques, qui obtient un an plus tard le Grand Prix de la SCAM. Il réalise ensuite Ma Famille Américaine en 2000, Taxi Parisien en 2002, et Dieu, Dollar, Le Drapeau Et Napoléon en 2004. Par ailleurs, il est l’auteur de nombreuses séries photographiques.


    Retrouvez un autre film de Robert Bozzi disponible en DVD dans les médiathèques.

    Retrouvez d'autres films autour des questions d'immigration et d'émigration disponibles en DVD dans les médiathèques.


    Découvrez " au fil du parcours..." d'autres films qui abordent les questions du déracinement, de l'intégration, des rencontres entre personnes de cultures différentes...

    En cours de chargement ...
    Ce film est accessible pour un public entre 12 et 99 ans.