Animation en papiers découpés, peinture à l'aquarelle. Au fond des bois, à la tombée de la nuit, les animaux se réunissent dans la taverne de la forêt pour écouter les fabuleuses histoires du Mulot… Le Mulot, petit personnage insignifiant de prime abord, est en fait la personnalité la plus en vue des bois. Conteur, affabulateur, un peu mythomane, il révèle à chacun des personnages qu’il croise une part insoupçonnée de leur personnalité. Ce soir-là, à travers la forêt et ses ténèbres, le retour à la maison sera beaucoup plus long que prévu...

Les personnages sont comme des petits lampions qui se détachent de cette enveloppe nocturne. Ils s’imposent à la fois par la lumière et les couleurs chaudes qu’ils emmènent avec eux et par la présence des dialogues. C’est là un aspect très important du film : les histoires dans l’histoire, la magie des mots qui sont comme autant de lucioles qui peuplent la nuit. Andréa Kiss

* Prix du public du Festival Ciné junior 2010

* Prix du meilleur court-métrage du Festival international du film d’enfant de Lucas (Allemagne) 2008

* Prix du public du Festival Plein la Bobine, La Bourboule 2009

Le Mulot menteur est un conte fantastique, adapté de l’œuvre hongroise d'Ervin Lazar, qui s’attache tout de suite à démontrer la capacité du rongeur volubile à captiver son auditoire. La scène de la taverne est à ce titre exemplaire pour témoigner de la qualité de l’attention portée par les animaux au narrateur. Comme il s’agit d’une situation très statique et que l’animation utilise de papiers découpés, c’est le montage et la variété des plans concernant les différents personnages qui donnent le rythme au film et rendent chacun sensible à ce que raconte le mulot. L’intensité du récit joue du va-et-vient entre le conteur et ses auditeurs. La coccinelle écarquille les yeux de crainte, l’ours cache les siens, la chèvre retourne sa tête pour découvrir le trou noir qui la menace et le renard, le seul qui doute de ce qui se raconte, a droit à un très gros plan sur son regard pour bien insister sur la perplexité qui agite ses pensées. L’humour et le bizarre sont déjà au rendez-vous et se pose immédiatement la question de savoir quelle est donc cette forêt dont la taverne est capable de réunir dans une bonne entente une girafe, des chauve-souris, des lapins, un blaireau... (...) Une fois encore, Andréa Kiss confirme par la variété des plans qu’elle associe son sens de la composition et sa sensibilité poétique. Quand une rafale de vent emporte les aigrettes de la tige de pissenlit que le mulot vient de couper, c’est une autre voie lactée qui semble un moment envahir le ciel.  L’atmosphère touche encore au merveilleux quand la lune vient se mirer dans la mare où le rongeur a mis les pieds, ce qui lui donne envie de siffloter... Les Films du Préau

Née à Budapest en 1973, Andrea Kiss est réalisatrice de films d’animation, illustratrice et plasticienne. Diplômée de l’École des arts appliqués de Budapest, elle se spécialise dans le cinéma d’animation depuis 1990. Elle a travaillé comme animatrice dans différents studios : Aardman (Royaume-Uni), Magica (Norvège) - sur le film de Piotr Sapegin « Huset pa Kampen » (Un jour un homme acheta une maison), Ex-ist (Hongrie) et sur de nombreux films indépendants. Elle est l’auteur d’une dizaine de films d’animation dont les plus connus sont  La Chanson de l’évier (Csap Dal), La Fée aux sept têtes (Hétfej! Tündér) et Le Mulot menteur (A Hazudós egér), films qui ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals.Parallèlement, elle exerce diverses activités dans le domaine de la création (dessin, peinture, design, illustration de livres, affiches, conception de sites web...) et a participé à de nombreuses expositions. Elle est également animatrice d’ateliers et de formations dans le domaine des arts plastiques et du cinéma d’animation (France, Allemagne, Hongrie, Scandinavie...). 

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 4 ans.