Un scénariste, Abdoulaye Finkelstein, dont le père est Breton, vient proposer à un producteur un projet qui se passe dans un commissariat : le commissaire s’appelle Katanga, la lieutenante Yasmina Ben Abdoulah, le lieutenant Tuan Ho Laï et le stagiaire, le petit Mahmoud Ben Rachid…

Inédit dans les médiathèques.


Ce très court métrage fait partie du projet Vivre ensemble : dix cinéastes contre le racisme ordinaire (Sandrine Bonnaire, Rachid Bouchareb, Romain Goupil, Axelle Laffont, Rémi Zaarour, Radu Mihaileanu, Kamel Ouali, Abderrahmane Sissako, Sylvain White et Orlan). Des horizons et des profils très divers : les jeunes et les plus anciens, les habitués de l'engagement politique et ceux qui ne l'ont jamais fait, ceux qui appartiennent aux minorités visibles, ceux qui souvent dans l'exercice de leur art parlent de l'intolérance et ceux qui se penchent sur le sujet pour la première fois, ceux qui viennent du cinéma de fiction, du cinéma documentaire ou d'un autre champ artistique. Nous pourrions décliner les différences à l'infini.

Animateur d'une troupe de théâtre en Roumanie, Radu Mihaileanu fuit la dictature de Ceaucescu en 1980 et migre vers Israël, avant de s'installer en France. Élève à l'IDHEC, il travaille dans les années 1980 comme monteur, puis assistant réalisateur, notamment auprès de Marco Ferreri, tout en signant parallèlement une poignée de courts métrages. En 1993, Radu Mihaileanu tourne son premier long métrage, Trahir, qui conte les démêlés d'un poète roumain dissident avec le régime stalinien. Mais c'est avec son deuxième opus, Train de vie, primé à Venise et Sundance, que le cinéaste accède à la reconnaissance internationale : cette fable teintée d'humour juif aborde la Shoah sous un angle original, l'organisation d'un faux train de déportation par des villageois qui espèrent ainsi échapper aux camps de la mort. Les thèmes chers au cinéaste - l'exil, l'identité - sont au cœur de son troisième film, Va, vis et deviens, très remarqué au Festival de Berlin : le cinéaste, qui a fait appel à Roschdy Zem et Yaël Abecassis, s'inspire cette fois de l'histoire des Juifs ethiopiens envoyés en Israël au milieu des années 1980. Une histoire qui lui permet de remporter le César du meilleur scénario en 2006. En 2009, avec plus de légèreté mais non sans émotion, il réalise Le Concert, qui évoque l'histoire d'un chef d'orchestre russe déchu après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs.


Retrouvez d'autres films de Radu Mihaileanu disponibles en DVD dans les médiathèques

Retrouvez la collection complète Vidéothèque "Vivre ensemble" disponible en ligne ou en DVD.

Retrouvez «  au fil du parcours… » les autres films du projet Vivre ensemble, dix cinéastes contre le racisme ordinaire.

En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 12 ans.
La présence d'un adulte est conseillée pour les plus jeunes.