Il y a trente ans, Michel enchaînait les tubes. Aujourd'hui, il collectionne les dettes ! Retiré à la campagne, l'ancien chanteur accumule les retards d'impôts et amendes impayées… Il y a trente ans, Grégory Morel était bercé au son des succès de Michel. Aujourd'hui huissier de justice, il est mandaté pour le saisir. Mais Grégory ne se sent pas de confisquer les biens de l'ex-idole. Il se met en tête de l'aider à rembourser et entraîne Michel sur les routes d'une improbable tournée. Au fil des concerts et des kilomètres, Grégory et Michel vont, l'air de rien, se découvrir et régler bien d'autres passifs.

Il y a eu Stars 80, version clinquante, marrante, du revival musical. Comme son titre l’indique, L’Air de rien est l’exact ­opposé : de la nostalgie en demi-teinte, sans Stade de France à la fin. D’ailleurs, le vrai héros n’est pas chanteur mais huissier. Un doux, qui voudrait bien être là pour être aimé, alors que son métier interdit les états d’âme. Quand il se retrouve en face de Michel, ancienne vedette retirée à la campagne et endettée jusqu’au cou, il n’a qu’une idée : l’aider à rembourser ! Il ­devient alors son imprésario d’infortune…

C’est cette ambiance provinciale, ce refus du come-back éclatant qui touchent. Et cette idée toute bête : c’est bien, aussi, de ­savoir tourner la page. Dans le rôle du chanteur, Michel Delpech est délicieusement détaché. Content d’entendre à nouveau son nom scandé par le public, mais pas au point de céder à un énième rappel. « Dieu ! mais que Marianne était jolie », d’accord, mais Marianne, c’est du passé.

Le chanteur disparu samedi 2 janvier 2016 s'était aussi essayé (tardivement) au cinéma. Le rôle d'acteur lui allait comme un gant. Un regard moitié Droopy, moitié gamin, un jour, il y a longtemps, sur un plateau de télé, où il fit si gentiment croire à la jeune chroniqueuse que j’étais qu’il était plus intimidé que moi. Un sourire, en demi-teinte, de ceux qui font le charme des vrais mélancoliques. Cette mélancolie, justement, si douce et sincère, qu’on aimait à y reconnaître la nôtre, et ce n’est pas un hasard si l’un de ses derniers beaux albums, en 2004, s’intitulait Comme vous. Dans l’une des chansons, Sorties de couples, cette phrase révélatrice : « Je fais toujours aux autres ce que j'aime qu'on me fasse ». 

Dans une autre, il chantait, aussi, faussement badin : « Je suis pas jaloux de Paul Simon, Woody Allen ou De Vito, mais j’peux plus voir Jack Nicholson, Harrison Ford ou De Niro. » Le cinéma, justement : alors que beaucoup de ses chansons en avaient l’atmosphère (Loin d’ici, où il « incarnait » un taxi driver romantique, Fuir au soleil, Cet homme est seul), il n'y fera ses débuts que tardivement, en 2011. Seulement deux films, et une évidence : sa tendresse, son charme las, et sa calvitie à la Jack Nicholson étaient faits pour la caméra. Dans L’Air de rien, il était « Michel », ancienne vedette retirée à la campagne et endettée jusqu'au cou, poussé par un huissier à remonter sur scène. Enfin, plutôt des petites salles des fêtes et des dancings… Dans le rôle, Delpech était merveilleusement détaché, bel ours un moment grisé par le come-back, mais trop lucide pour s’y accrocher. Une telle « composition » de la part d’un chanteur qui craignait d’être oublié, chapeau l’artiste.

Et puis il y eut Les Bien-Aimés de Christophe Honoré, où, de tout le casting, il était le seul à ne pas chanter... (...) Guillemette Odicino . Télérama


Grégory Magne a grandi en Bourgogne. En 2007, il part traverser l'Atlantique en solitaire de la Rochelle à Salvador de Bahia, sur un voilier de 6,5 mètres, sans moyen de communication. Il embarque une caméra pour raconter son quotidien et en tire son premier film, Vingt-quatre heures par jour de mer. Il navigue depuis entre documentaires et fictions, entre scénarios et réalisation. En 2012, il écrit et réalise avec Stéphane Viard son premier long-métrage, L'Air de Rien, une comédie grinçante dans laquelle Michel Delpech incarne un Michel Delpech criblé de dettes. Le film révèle Grégory Montel dans son premier premier rôle, pressenti avec ce rôle pour le César du meilleur espoir masculin 2013 et que l'on retrouvera un an plus tard dans le film de Léa Fazer, Maestro. En 2018, il retrouve le comédien pour son deuxième long-métrage, Les Parfums. Ce dernier y partage cette fois l'affiche avec Emmanuelle Devos, Gustave Kervern, Sergi Lopez...



En cours de chargement ...
Ce film est interdit aux moins de 16 ans.
La présence d'un adulte est conseillée pour les plus jeunes.